Comment calculer le bilan d'une entreprise ?

Atteindre un objectif financier tout en maîtrisant son impact environnemental peut représenter un véritable défi. Aujourd'hui, cependant, un nombre croissant d'entreprises mettent en œuvre une approche de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Ces initiatives peuvent être plus ou moins ambitieuses, mais toutes partent du même essentiel : le Corporate Carbon Balance.

Lire également : Peut-on congeler de la mousse au chocolat ?

Plan de l'article

Les fondamentaux de l'empreinte carbone dans les entreprises

Le contexte

En France, les premiers bilans de carbone ont été créés au cours des années 1990. Dans un contexte économique où l'énergie est susceptible de coûter de plus en plus cher, l'idée initiale est de permettre aux entreprises françaises d'analyser leur propre dépendance aux combustibles fossiles. Pour ce faire, l'analyse devait être suffisamment approfondie pour aider les décideurs à bien comprendre l'exposition de leur entreprise au « risque climatique ».

Mais c'était l'énergie Loi de transition pour la croissance verte et le Code de l'environnement qui a introduit le principe d'une stratégie nationale à faible émission de carbone (qui a lui-même introduit le label bas carbone). Concrètement, il s'agit d'une feuille de route qui définit les lignes directrices que la France doit suivre pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre avec deux objectifs :

Lire également : Est-ce que manger de la salade gonfle le ventre ?

  • Viser la neutralité carbone collective d'ici 2050 ;
  • réduire l'empreinte carbone de notre consommation.

Qu'est-ce qu'un bilan carbone d'entreprise ?

Comme indiqué par l'Agence pour l'environnement et la gestion de l'énergie (ADEME), l'empreinte carbone de l'entreprise est un outil de diagnostic qui permet d'analyser les émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre générées par l'ensemble de ses activités. Ces données sont exprimées en équivalent dioxyde de carbone (CO2e). Pour les entreprises soumises à des contraintes légales, nous parlons également d'un bilan réglementaire des GES.

💡 Dans un souci de simplicité et d'homogénéisation, nous utilisons la norme d'équivalent CO2 pour les autres gaz à effet de serre. Il s'agit de déterminer la quantité de CO2 qui retiendrait la même quantité de rayonnement solaire.

Bien que le principe soit relativement simple, le défi consiste souvent à choisir le cadre approprié pour atteindre un bilan carbone, à collecter les données nécessaires et à comprendre la méthode utilisée.

Quel champ d'application devriez-vous prendre en compte ?

Il y en a deux.

Votre structure peut posséder, gérer ou participer à l'activité d'une ou de plusieurs installations. C'est ce qu'on appelle le périmètre « organisationnel » . Chaque installation peut comporter des puits et/ou des sources de gaz à effet de serre.

Ensuite, vous devez définir votre périmètre « opérationnel ». Il s'agit des différents postes d'émissions de CO2 qui seront analysés dans vos bilans. Et ces positions se distinguent en trois familles distinctes, nommées Scope 1, 2 et 3.

Comment appelle-t-on la portée ?

Scope 1 Le est le cadre le plus « limité » des bilans de carbone. Il ne mesure que les émissions directes de gaz à effet de serre liées à votre activité, telles que la combustion de carburant nécessaire à la fabrication du produit ou à la fourniture de services.

Scope 2 Le regroupe les émissions indirectes de CO2 liées à la production d'énergie, sous forme d'électricité ou de chaleur. La fabrication de vos produits/services implique une consommation d'énergie qui, en soi, ne génère pas de gaz à effet de serre. Nous examinons plutôt la production d'énergie associée, par exemple, l'électricité nécessaire pour alimenter un entrepôt de torréfaction de café.

Enfin, le scope 3 est le plus « large ». En effet, il inclut d'autres émissions indirectes, c'est-à-dire toutes celles qui ne sont pas directement associées à la fabrication de votre produits/services. Vous devez donc examiner le reste de votre chaîne de valeur, comme l'utilisation finale par vos clients, la gestion des déchets ou même le transport de marchandises.

Quels GES mesurer dans l'empreinte carbone d'une entreprise ?

Bien que le CO2 soit le gaz à effet de serre le plus courant, il y en a cinq autres. Voici la liste complète des GES dont les émissions doivent être prises en compte.

data-align="left">Principales origines
✅ Dioxyde de carbone (CO2) - Combustion de énergie fossiles- Agriculture et élévages intensifs- Déforestation
✅ Méthane (CH4) - Levage des bovins et ruminants
✅ Hydrofluorocarbures (HFC) - Exploitations minières et pétrolières- Décharges d'Ordures
✅ Protoxyde d'azote (N2O) - Industries du froid et de l'automobile
✅ Perfluorocarbone ( PFC) - Climatiseurs et systèmes de réfrigération - Extincteurs
✅ Hexafluorure de soufre (SF6) - Industrie pharmaceutique

Comment calculer les émissions de CO2 dans l'empreinte carbone d'une entreprise ?

Pour mesurer les différentes émissions de gaz à effet de serre, l'ADEME - comme d'autres entités similaires en dehors de la France - utilise un code de calcul basé sur des facteurs d'émission « physiques » ou « monétaires ».

Rapports physiques

Dans la mesure du possible, on estime que le CO2 basé sur un facteur d'émission physique :

Quantité de GES = quantité utilisée x facteur d'émission physique

Ici, la quantité consommée est exprimée dans l'unité du produit (litres d'essence, m2 de surface, kg d'ananas, etc.).

Le facteur d'émission physique spécifie la quantité de CO2 émise par une unité consommée . Par exemple, les trajets en ferry, l'un des modes de transport les plus polluants, émettent en moyenne 5 kg de CO2 (facteur d'émission) par km (quantité consommée).

Ratios de devises

Un facteur d'émission monétaire, exprimé en kgCO2e/k€ HT, permet de estimer la quantité de CO2 générée par un produit/service, à partir de son prix .

Quantité de GES = prix x facteur d'émission de devise

Pour certains types d'achats (par exemple, les contrats d'énergie, d'électricité ou de gaz), il est recommandé d'évaluer les émissions à l'aide de facteurs physiques (par exemple : par kWh)

En revanche, pour les achats où un calcul à partir de données physiques n'est pas possible, il est préférable de calculer les émissions de GES avec des facteurs monétaires - par exemple, l'utilisation d'un logiciel de comptabilité.

💡 Selon l'ADEME, les ratios monétaires sont généralement moins précis que les ratios physiques. Mais ils facilitent grandement le calcul des achats professionnels.

Pourquoi effectuer une évaluation du carbone d'entreprise ?

La réalisation d'un bilan carbone® certifié s'inscrit généralement dans le cadre d'une initiative plus globale de développement durable ou Responsabilité sociale des entreprises (RSE). Si la lutte contre le changement climatique et la préservation de la biodiversité sont généralement au cœur des préoccupations, les motivations associées à l'action peuvent être multiples !

⭐ Pour renforcer votre image de marque

Une marque qui prend le leadership en la matière, avec un bilan annuel et la mise en œuvre d'un plan d'action finement mûri, bénéficiera d'une meilleure perception du public. En effet, il dispose de chiffres précis et détaillés, d'analyses tangibles et certifiées pour communiquer son approche du développement durable à son écosystème.

Et une meilleure gestion de l'image de marque s'accompagne souvent... d'un chiffre d'affaires plus important ! Parce qu'une entreprise éco-responsable rassure ses consommateurs et ses clients. De plus en plus d'entre eux préfèrent un produit/service d'une marque engagée dans la transition écologique.

💪 Pour créer un avantage concurrentiel

L'Enterprise Carbon Balance est un outil efficace pour se démarquer de la foule. Il permet également d'être plus apprécié par ses clients, partenaires et investisseurs. Il est donc essentiel de prendre soin de sa performance environnementale - et plus généralement de sa performance extra-financière (DPEF) - à mesure que les exigences RSE augmentent.

En France, cette problématique climatique est également de plus en plus intégrée par les autorités locales, les associations et les petites entreprises (ETI, PME et startups). Pour preuve, certains attestent déjà de leur engagement en faveur de la transition écologique en obtenant des labels RSE reconnus. Par exemple, la start-up Shine a décidé de devenir B-Corp en 2019 après avoir publié son premier bilan carbone. Un label qui atteste d'un long processus au cours duquel tous les domaines clés ont été examinés. Il s'agit de gouvernance, d'employés, de produits, de communauté et de clients.

👩‍⚖ Pour anticiper la loi

En France, la réalisation d'une empreinte carbone est nécessaire pour :

  • Entreprises comptant plus de 500 employés (ou plus de 250 employés) dans les départements d'outre-mer) ;
  • les autorités locales de plus de 50 000 habitants ;
  • les établissements publics et les services publics comptant plus de 250 agents.

💡 Il y a des raisons de croire que l'obligation légale pourrait être étendue aux entreprises de toute taille dans le Code de l'environnement.

D'une part, c'est mathématique : toutes les entreprises devront faire leur part en se fixant des objectifs de réduction ambitieux, alignés sur notre SNBC qui prévoit de diviser nos émissions d'ici 2050 par 5.

D'autre part, c'est l'une des recommandations de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) qui propose de forcer par la loi l'inclusion d'un bilan carbone dans la comptabilité des entreprises . Certains seraient tenus de fournir un rapport annuel sur les émissions de GES. Le CCC suggère même l'application de sanctions calculée en fonction du chiffre d'affaires et du versement de l'aide publique en cas d'évolution « positive » du bilan carbone.

👨‍🎓 Pour booster la marque de votre employeur

Une étude sur les attentes des candidats réalisée par la plateforme de recrutement programmatique Golden Bees indique que « la génération du millénaire est particulièrement sensible aux valeurs de l'entreprise dans sa recherche d'emploi ». Et selon un sondage Opinion Way, 95 % des jeunes de la génération Z veulent faire quelque chose de logique.

« Un millénial sur trois affirme travailler plus fort lorsque son employeur adopte une approche responsable et durable »

L'enquête souligne également, et c'est plus surprenant, que 57 % des étudiants seraient prêts à accepter un travail faiblement rémunéré s'ils le jugent logique, avec un attrait croissant pour les professions de l'économie sociale et solidaire et pour le travail au sein d'ONG. Tout est dit.

💸 Pour dépenser moins et

mieux Sur le plan économique, de nombreuses initiatives visant à réduire les émissions de GES peuvent entraîner une baisse des coûts d'exploitation et une amélioration de la qualité des produits/services.

Cela signifie, en particulier, plus de sobriété dans votre consommation d'énergie (et de ressources). Cela vous donnera des factures moins salées pour l'électricité, le gaz ou le chauffage.

Cela peut également être l'occasion d'optimiser vos coûts d'approvisionnement. Pour cela, vous pouvez utiliser davantage de ressources recyclées ou modifier votre politique de transport (déplacements des employés, logistique amont/aval, etc.).

🖐 Bon à savoir : Des subventions existent pour réduire le coût de son empreinte carbone. Le tremplin pour la transition écologique permet notamment la gestion d'un bilan complet à 80 % dans la limite de 5000€ pour les TPE et les PME.

🔍 Pour prendre du recul

Comme toute autre forme d'audit, d'étude ou de référence, le La réalisation d'un bilan carbone vous permet de prendre du recul sur votre structure. Ce pas de côté ouvre de nouvelles perspectives de développement : pourquoi l'avez-vous fait de cette façon ? Avez vous pu faire autrement ?

💡 La collecte de vos données carbone fournit le niveau d'analyse nécessaire pour évaluer l'impact de votre entreprise et vous engager à réduire les émissions directes et indirectes de serre.

De plus, cela peut être l'occasion de vous comparer à vos pairs et à vos concurrents. Si l'un d'entre eux opère de façon beaucoup plus écologique, que pourriez-vous faire pour changer votre approche ?

Troisièmement, il nous permet enfin de réexaminer les fondamentaux : quelle est votre raison d'être ? Vous avez une mission sociale, sociétale ou environnementale ? Sinon, comment obtenir le statut de société missionnaire  ? Et comment intégrer de nouveaux objectifs à votre culture interne, à votre modèle commercial ? et vos opérations quotidiennes ?

LIVRE BLANC

Approche bas carbone : 5 raisons de commencer dès aujourd'hui !

Téléchargez gratuitement

Comment réaliser un bilan carbone d'entreprise ?

Vous êtes maintenant convaincu de la valeur d'une empreinte carbone. Félicitations ! Avant de commencer, identifiez d'abord la situation dans laquelle vous vous trouvez :

1. Vous n'avez pas de budget dédié

En plus des publications régulières de l'ADEME et de la Carbon Balance Association, il existe aujourd'hui des outils en ligne gratuits pour obtenir une première estimation sommaire de votre empreinte. Cela peut suffire à repérer les premiers éléments « évidents » d'émissions de CO2 liés à votre entreprise.

Néanmoins, cette approche ne permet pas d'obtenir une empreinte carbone certifiée. C'est une condition préalable pour construire sereinement votre approche environnementale au fil du temps et être capable de communiquer avec votre écosystème.

2. Vous n'avez pas d'expert en évaluation du carbone d'entreprise

Pour obtenir une empreinte carbone certifiée, il faut s'appuyer sur l'expertise des profils formés à la méthode développée par la Carbon Balance Association.

Si vous avez (beaucoup) de temps et au moins une personne formée et certifiée dans vos équipes, il est possible de réaliser votre bilan carbone de manière indépendante. Mais en règle générale, il est fortement conseillé de solliciter un tiers de confiance.

3. Vous souhaitez un service de conseil sur mesure pour votre bilan carbone d'entreprise ?

Vous souhaitez être accompagné de A à Z pour la mise en œuvre d'un plan ambitieux - méthode d'évaluation d'impact, feuille de route stratégique, reporting, analyse prospective, etc. ?

Il existe plusieurs cabinets de conseil spécialisés, tels que Carbone4 (dirigé par Jean-Marc Jancovici) ou Utopies (le premier partenaire de B-Corp en France), qui offrent des services sur mesure. Attention, cela a évidemment un coût - qui peut être compté en plusieurs dizaines de milliers d'euros en fonction du service souhaité.

4. Vous êtes à la recherche d'un outil de direction simple et efficace

 ?

L'interface de Carbo, l'allié climatique des startups et des PME D'une part, l'accès aux bases de données de référence est désormais plus facile. D'autre part, les interfaces de programmation (API) sont chaque jour un peu plus efficaces et sécurisées.

Il est ainsi plus facile et plus rapide de contrôler votre impact carbone directement en ligne. Pour cela, il n'est pas nécessaire de posséder des connaissances particulières en développement informatique.

💡 Si vous recherchez un outil 100% Web simple, robuste, éducatif et abordable, explorez la plateforme Carbo.

Bilan carbone des entreprises : pourquoi utiliser Carbo

Carbo propose une solution SaaS pour atteindre, améliorer et communiquer votre bilan carbone, en facilitant la collaboration :

  • Interne : pour motiver les employés et collecter plus facilement les données nécessaires ;
  • externe : pour collecter automatiquement les données de vos fournisseurs et gérer plus facilement votre profil carbone.

🧘‍♀ C'est simple

Bye bye Excel, bonjour Carbo ! La collecte de données devient plus rapide, collaborative et amusante.

Aperçu de la publication d'une empreinte carbone certifiée sur la plateforme Carbo 💪 Il est robuste

Carbo s'appuie sur un ensemble de données environnementales de référence provenant de la base de l'Ademe, de la Banque mondiale et de la Commission européenne. Ainsi, Carbo a développé un algorithme unique qui s'enrichit régulièrement de la participation active et analyse des habitudes de consommation de milliers de citoyens membres de la communauté Carbo.

🐣 C'est éducatif

Grâce à l'expertise de la Carbo Academy, vous êtes guidé à chaque étape avec des explications synthétiques sur la méthode du bilan carbone, des valeurs de référence pour vous situer et des conseils pour gagner du temps. Votre engagement climatique n'aura plus de secret pour vous !

💸 C'est moins cher

Carbo n'est pas un cabinet de conseil et vous n'êtes pas (encore) membre du CAC40.

Si ?

Contrôlez facilement votre empreinte carbone avec Carbo.

En savoir plus >

L'empreinte carbone des entreprises : l'exemple d'Alan

Pour mieux projeter votre projet dans l'exercice, quoi de mieux qu'un exemple concret ?

Pour cela, prenons le cas d'Alan, « Une assurance maladie qui simplifie les choses ». La start-up a profité du début de l'année pour réaliser une première évaluation carbone couvrant toutes les activités de l'année (France, Espagne, Belgique). Voici 5 leçons clés qu'elle a pu en tirer :

  1. L'impact de la technologie numérique est relativement important (20 % du total) mais ne représente pas la position prépondérante ;
  2. la source d'émissions la plus importante (50 %) provient du recours à des tierces/intermédiaires, dont Alan ne maîtrise pas vraiment le comportement et les engagements climatiques. D'où l'importance d'engager ses parties prenantes ;
  3. la

  4. publicité en ligne représente un poids considérable : le budget marketing représente près de 20 % du total. Cela inclut notamment les campagnes par e-mail des équipes commerciales ;
  5. le coût carbone des bureaux est relativement faible (13 %) mais n'inclut pas celui des maisons des télétravailleurs ; Les
  6. voyages ont un impact carbone marginal (< 1 %), ce qui peut également s'explique par les restrictions de mouvement liées au contexte sanitaire de l'année 2020.

Le certificat attestant l'exercice Enterprise Carbon Balance 2020 pour la société Alan Encore plus intéressant : Alan a choisi de rendre son approche 100% transparente. Comment ? En partageant publiquement sa page de profil carbone publique qui détaille de manière simple et pédagogique les résultats obtenus, avec les méthodologies de calcul, les sources utilisées, les limites de certaines hypothèses et les équivalents oraux pour rendre l'approche accessible à tous. Nous disons bravo !

💡 Pour en savoir plus sur cet exemple d'empreinte carbone, jetez un coup d'œil au témoignage complet d'Alan.

Réduire votre empreinte écologique : ce que vous pouvez déjà faire

Selon la nature de votre entreprise, une réduction significative de votre intensité carbone peut prendre du temps et complexe. Dans la pratique, cela nécessitera de compromettre et de réviser certains modes de fonctionnement - achats, déplacements, gestion des déchets, etc.

Adoptez des gestes écologiques clés

Voici, de manière non exhaustive, quelques actions dont la mise en œuvre peut déjà réduire votre impact.

Concentrez-vous

montre

énergétique

à neuf

AXES

EXAMPLE
sur la sobriété énergétique en engageant vos employés Éteignez systématiquement vos appareils par
Renforcez votre efficacité Opter pour un bâtiment plus écologique
Améliorez votre politique d'achat Sélectionnez les ordinateurs remis
Progrès dans la gestion de vos déchets Limitation des emballages pour les plats à emporter
Choisir un fournisseur d'énergie plus responsable Souscrire à un contrat « petits producteurs d'énergie 100% renouvelable », tel que proposé par exemple par le fournisseur eKwateur
Limitez les déplacements domicile-bureau en facilitant le télétravail Foster la visioconférence pour réduire la station de transport
Réduire votre empreinte numérique Passez à l'hébergement Web vert de vos données et utilisez un moteur de recherche éco-responsable

Contribuer à la neutralité carbone collective

Les efforts visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre sont essentiels. En effet, il reste le meilleur moyen de lutter contre le réchauffement climatique.

Mais il faudra du temps pour atteindre l'objectif de l'accord de Paris. En ce sens, vous pouvez compléter ces efforts en participant à la séquestration indirecte du CO2. Il s'agit là d'une première façon, probablement imparfaite, d'agir pour le climat.

💡 Le terme compensation carbone peut faire référence à une imagination trompeuse. Dans cet imaginaire, il serait possible d'annuler ses mauvaises actions (émissions) en achetant de bonnes actions (crédits carbone). C'est pourquoi la notion de contribution à la neutralité carbone collective devient de plus en plus courante.

Pour compenser son empreinte carbone, Les projets les plus répandus sont le reboisement ou l'agroforesterie en France et dans le monde, en lien avec les communautés et les populations locales.

Une prise de conscience nécessaire

Les objectifs fixés par la SNBC ne peuvent être atteints sans une réelle prise de conscience collective des enjeux climatiques. Voici quelques bonnes pratiques pour y parvenir :

Réaliser et publier le bilan des émissions de GES
Établir un plan d'action concret pour réduire les émissions

Contribuer à la neutralité carbone en soutenant des projets labellisés
Mettre l'accent sur les projets locaux à fort impact social
Communiquer votre approche de manière responsable

Ces pratiques sont également l'occasion de montrer l'exemple et d'encourager d'autres entreprises à s'engager !