Qu'est-ce qu'une preuve parfaite ?

La preuve — Définition juridique :

A lire également : Pourquoi opter pour une résidence meublée près de la plage et près des commerces à Dinard ?

En droit, la preuve est un élément qui permet de démontrer la véracité d'un fait, d'une circonstance ou d'une obligation, afin de faire valoir une réclamation, c'est-à-dire l'objet d'une réclamation pour laquelle une partie engagée dans une procédure judiciaire demande qu'elle soit accordée.

Dans la plupart des lois civiles ou pénales, l'altération de preuves, une action visant à falsifier, effacer ou altérer des traces ou des indices ou à ouvrir une fausse piste constitue une infraction grave punissable de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amande. (cf. article 434-4 du Code pénal).

A découvrir également : AL'in Action Logement : financer votre projet d'achat

I. Preuve en droit civil français

Il existe deux systèmes de preuve en droit civil français :

  1. le système de « preuve libre ou morale » (permettant de recourir à toute forme de preuve). Il est utilisé lorsqu'il s'agit de prouver des faits juridiques (sauf naissance ou décès)
  2. le système de « preuves juridiques » qui reconnaît principalement les preuves écrites. Il est utilisé pour prouver des actes juridiques (contrat, testament, etc.) au-delà d'un montant fixé par décret, actuellement 1500€.

Le système de preuve est établi par l'article 9 du Code de procédure civile, qui stipule :

« Il incombe à chaque partie de prouver, conformément à la loi, les faits nécessaires au succès de sa réclamation »

Quelle est la valeur juridique de SnapAct ?

Téléchargez en cliquant sur le bouton ci-dessous une analyse juridique des preuves par SnapAct rédigée par des spécialistes du droit.

A. Objet de la preuve

1. Preuve d'actes juridiques

Définition d'un acte juridique : un acte juridique est la manifestation de l'intention d'une ou de plusieurs personnes de produire des effets juridiques, c'est-à-dire, qui ont des conséquences juridiques (c'est-à-dire des droits et des obligations), que ce soit dans le domaine privé ou public. (voir l'article 1100-1 du Code civil)

a. Principe de la preuve écrite des actes juridiques La preuve des actes juridiques n'est pas gratuite et se fait au moyen de procédures dites de preuve parfaite.

  • l'acte doit être enregistré par écrit afin de le prouver ;
  • la preuve contraire à l'écriture elle-même ne peut être faite que par écrit.

b. Exception au principe du système de preuve juridique Il existe des cas qui constituent des exceptions au principe de la preuve légale dans lesquels il est alors possible de prouver selon le système de preuve libre :

  • Acte concernant un montant inférieur à 1500€
  • Existence d'un début de preuve écrite
  • Quand il est matériellement ou moralement impossible d'exiger une preuve littérale
  • Lorsque l'écriture a été perdue par suite d'un événement fortuit ou d'un cas de force majeure
  • En cas de perte de l'original mais présentation d'un copie qui en est la reproduction fidèle et durable

2. Preuve de faits juridiques

Définition du fait juridique : le fait juridique est un événement ou un comportement dont les conséquences juridiques ne sont pas prévues par ses auteurs.

a. Principe de la liberté probatoire Le fait juridique est un événement imprévu dont il n'a donc pas été possible d'établir des preuves préconstituées. Ainsi, l'article 1358 du Code civil autorise le recours à la preuve par tous les moyens, sauf dans les rares cas où la loi en dispose autrement.

b. Exception au principe de la liberté probatoire Il existe des faits juridiques qui constituent des exceptions au principe de la liberté de probation parce que leur gravité a incité le législateur à organiser le système de preuve connexe. Il s'agit, par exemple, de la naissance ou du décès, dont la preuve doit être fournie au moyen de documents d'état civil authentiques formés par des fonctionnaires ministériels.

B. Méthodes de

preuve 1. La preuve parfaite

Les preuves parfaites peuvent être utilisées dans les deux systèmes de preuves. Cette preuve est la parole écrite, l'aveu judiciaire et le serment décisif. Ces procédures de preuve parfaites sont admissibles dans tous les domaines et lient le juge, qui doit en tirer les conséquences.

a. La preuve littérale : Il en existe trois types :

  • L'acte authentique (article 1369 du Code de procédure civile)

L'acte authentique est celui qui a été reçu, avec les solennités requises, par un fonctionnaire public compétent et de qualité d'instrument. Il peut être préparé sous forme électronique s'il est établi et conservé dans des conditions fixées par décret du Conseil d'État. Lorsqu'il est reçu par un notaire, il est exempté de toute mention manuscrite requise par la loi.

  • L'acte sous signature privée :

Les actes sous signature privée sont des écrits remplissant un certain nombre d'exigences formelles, mais qui sont couverts. uniquement par la signature des parties au contrat, et non par celle d'un fonctionnaire public. Ainsi, dans le cas des contrats synallagmatiques, selon l'article 1372 du Code civil, l'une des conditions sera qu'il y ait autant d'originaux qu'il y a de parties ayant un intérêt distinct (et qui sont obligées de le faire). Cette condition constitue une exception en matière commerciale.

  • l'acte sous signature privée contresigné avocat :

Il s'agit d'un acte de droit privé qui bénéficie de certains avantages du fait qu'il a été contresigné par un ou plusieurs avocats. En particulier, le contre-voir atteste du fait que l'avocat a pleinement éclairé la ou les parties qu'il conseille, la portée et les conséquences juridiques de l'acte. Par conséquent, l'acte contresigné est exempté de mentions manuscrites qui sont parfois requises par la loi pour attirer l'attention du faible, généralement le consommateur, sur la portée de son engagement.

b. La copie La copie avait à l'origine une valeur probante limitée. En effet, en 1804, les copies sont écrites manuellement et présentent donc une faible fiabilité. Depuis lors, le progrès technologique a nécessité une réforme majeure, réalisée par la loi du 12 juillet 1980. La loi a augmenté la valeur probatoire des copies

c. Admission judiciaire L'article 1383 du Code civil définit ce qui suit : « Un aveu est la déclaration par laquelle une personne reconnaît comme vrai un fait susceptible d'entraîner des conséquences juridiques contre elle. Il peut être judiciaire ou extrajudiciaire. »

d. Le serment décisif Le serment décisif est organisé par les articles 1384 à 1386-1 du Code civil.

Le serment décisif est un serment prêté par l'une des parties à la demande de l'autre.

2. Les preuves imparfaites

Contrairement aux preuves parfaites qui peuvent être utilisées dans tous les systèmes de preuves, les preuves imparfaites ne peuvent être utilisées que dans un système de preuve libre. Cette preuve est la suivante :

a. Le témoignage N'importe qui peut témoigner tant qu'il prend une serment (nous parlons d'un serment supplémentaire), et sachant qu'un faux témoignage est un crime. Mais le juge n'est pas lié par le témoignage, il n'est pas obligé d'en tenir compte. La valeur juridique du témoignage est discutable car elle est considérée comme suspecte.

b. Les présomptions de l'homme Contrairement aux présomptions juridiques que la loi impose au juge, les présomptions de l'homme sont un mode de raisonnement probatoire d'origine judiciaire. La force probante des présomptions de l'homme « est laissée à la discrétion du juge, qui ne doit les admettre que si elles sont sérieuses, précises et cohérentes ».

c. Écrits non signés d. L'admission extrajudiciaire Définie par l'article 1383 du Code civil, « un aveu est la déclaration par laquelle une personne reconnaît pour de vrai un acte susceptible de produire des conséquences juridiques à son encontre. Il peut être judiciaire ou extrajudiciaire. »

e. Le début de la preuve écrite Un début de preuve écrite est tout écrit qui, émanant de la personne qui conteste un acte ou de la personne qu'il représente rend ce qui est allégué plausible.

Peut être considéré par le juge comme équivalent à un commencement de preuve par écrit des déclarations faites par une partie lors de sa comparution personnelle, de son refus de répondre ou de son absence à la comparution.

La mention d'un écrit authentique ou sous signature privée sur un registre public vaut le début de la preuve écrite. (voir l'article 1362)

II. La preuve de SnapAct, qu'en est-il ?

A. Le statut de la photographie

La photographie fait partie des débuts de la preuve écrite, c'est donc une preuve imparfaite. Comme pour tout début de preuve, il ne suffit pas de prouver un fait juridique. Mais son existence permet au demandeur à l'allégation de compléter la preuve fournie, qui sera considérée comme déjà à moitié apportée, en produisant des témoignages, en formulant des présomptions ou en s'appuyant sur des indications telles que le début de l'exécution. Cette preuve supplémentaire doit obligatoirement être externe au document qui constitue le début de la preuve.

Ainsi, un début de preuve ne peut pas être utilisé dans le système de preuve juridique, à condition qu'il soit « corroboré par un autre moyen de preuve ». En d'autres termes, un début de preuve écrite en soi est une preuve imparfaite, mais il peut contribuer à former une preuve parfaite.

B. Le statut du SnapAct

Le SnapAct est un acte d'un huissier de justice authentique, publié par une étude d'huissier de justice. Il entre donc dans la catégorie des actes authentiques considérés comme des preuves parfaites.

Il donne aux photographies une certaine date et heure, gelant ainsi une situation dans le temps et attestant ainsi de l'authenticité et de la géolocalisation de ces photographies.

SnapActe donne donc aux photographies prises dans l'application une force probante bien supérieure à celle des photographies prises normalement.

Si vous devez établir une preuve, SnapAct vous donne accès à l'huissier de justice avec une solution parfaitement légalement admissible à un coût très abordable.

Quelle est la valeur juridique de SnapAct ?

SnapAct est un mode de preuve particulièrement fiable. Mais quelle est la force probante d'un SnapAct ? Téléchargez en cliquant sur le bouton ci-dessous une analyse juridique des preuves par SnapAct rédigée par des experts juridiques.

Liens utiles sur la force probante de SnapAct :

La preuve juridique de SnapAct, qu'en pense un avocat spécialisé indépendant ?